Jacques-André Haury Jacques-André Haury - médecin et député
Jacques-André Haury
portrait articles revue de presse
interventions exposés contact  
  POLITIQUE

Haury et Neirynck quittent le Grand Conseil

Paru dans 24Heures le 23 juin 2015

L'un des députés les plus influents du Parlement et le doyen d'âge s'en vont pour laisser la place aux suivants

Le président du Grand Conseil Jacques Nicolet a lu ce mardi après-midi les lettres de démission de plusieurs députés. Parmi elles figurent celles du Vert'libéral Jacques-André Haury et du PDC Jacques Neirynck. Les deux élus du centre ont convenu de partir en même temps dans une opération symétrique qui mérite un brin d'explication.

Par le jeu des apparentements il s'est trouvé que la vient-ensuite de Jacques Neirynck est une Vert'libérale. Pendant longtemps, le conseiller national et doyen d'âge du Grand Conseil n'a pas pu démissionner, car son départ aurait dépouillé le groupe PDC-Vaud Libre d'un siège au profit des Verts libéraux.

Or, le vient-ensuite de Jacques-André Haury appartient au PDC. Pour régler le problème, il fallait que ce dernier décide de laisser sa place afin de faire entrer un PDC à la place d'un Vert'libéral. Ainsi, dès la rentrée, les deux démissions simultanées se traduiront par l'arrivée de la Vert'libérale Lena Lio et celle du PDC Manuel Donzé.

Jacques-André Haury est entré au Grand Conseil en 1998. Le médecin ORL, qui était un libéral à l'origine, est l'un des députés les plus influents. En 2003, il a tenté sa chance pour le Conseil d'Etat face au Vert François Marthaler et encaissé une cuisante défaite. Il a néanmoins continué son travail de parlementaire. Jacques-André Haury s'est notamment illustré sur le dossier de l'école où il a fait plier le Conseil d'Etat en vue de la réintroduction de notes. Plus récemment, la CHSTC (Commission de haute surveillance du Tribunal cantonal), dont il est président, a fait beaucoup parlé d'elle à l'occasion de l'affaire Marie.

Jacques Neirynck, quant à lui, a fait un court passage au Grand Conseil en 2007 avant de partir au Conseil national. Il y est revenu dès les élections générales de 2012 tout en restant conseiller national. Aujourd'hui, le professeur honoraire et écrivain qui aura 84 ans au mois d'août juge que le double mandat devient trop lourd. Il se consacrera désormais exclusivement à la campagne des Nationales où il est candidat pour le Conseil des Etats.

Lise Bourgeois




 

Article récent

Progresser avec le centre droite
Suite...



 
    vert'libéraux